Plan de développement

L’idée de ce projet est de mettre autant en valeur la conservation des espèces que le développement du récréotourisme et l’accessibilité du territoire à tous, petits et grands, de toutes les nations.

Pour le récréotourisme, le plan prévoit l’ajout de dizaines de kilomètres de sentiers pédestres, dont une quinzaine contigu au réseau actuel du P.A.R.C. récréo, la bonification du réseaux de pistes de vélo de montagne et de vélo d’aventure, l’aménagement de parois d’escalades récemment découvertes, réalisation d’un projet Arbre en arbre, de  circuits de canicross  et de chiens de traineau,  une augmentation de l’accès aux sports nautiques autopropulsés (canot, apnée).

Le projet cherche également à valoriser les ressources forestières non ligneuses et l’utilisation de la forêt pour son potentiel éducatif, culturel et social. Nous voulons favoriser la cueillette de champignons, de petits fruits, évaluer le potentiel acéricole et d’autres produits de la forêt en donnant accès au territoire et en offrant des infrastructures de traitement (séchage, nettoyage,etc.). Nous voulons aussi offrir une plateforme et des infrastructures pour des formations en forêt, des classes natures, pour des événements sociaux, éducatifs et culturels sur le territoire de l’aire protégée. Par exemple, nous voulons favoriser des sorties natures pour les élèves de l’école La tortue des bois, pour des conférences et formations sur la forêt et ses ressources, pour des événements sociaux-culturels tels que des spectacles, etc.

Au cœur du projet se retrouvent la conversation et la mise en valeur de la biodiversité. Que ce soit la protection de l’habitat d’espèces à statut précaire précis, la conservation de l’intégrité des écosystèmes, le maintien et la protection des forêts anciennes et de leur structure, la richesse, la diversité et la fonctionnalité des milieux naturels sont au cœur du projet d’aire protégée. Le contexte de changements climatiques donne aussi l’opportunité à ce projet d’être un vecteur de résilience et d’adaptation aux défis à venir.

Enfin, de par sa géographie et son histoire d’utilisation atikamekw, l’aire protégée est une opportunité unique de réconciliation entre les peuples autochtones et allochtones pour la région.  Cet aspect est fondamental au plan développement, qui veut mettre de l’avant et valoriser l’apport et la culture atikamekw, et plus généralement la réconciliation entre les peuples. Des infrastructures, événements, formations et activités seront intégrées au plan de développement à cet effet.